• Retour. extrait

    Terril bocage les yeux sont précis, le corps plus ou moins quadrillant l'aire, cette bouffe déguerpie du soudain par l'impatience, dans le cou. Six heures d'étages et de contre jour, de bagnes coquets, de lessives, cette montée vers soi malgré l'écope. Cette montée vers soi, inexplicable à l'amour et à l'ami, cette montée vers soi cambrée depuis l'histoire des tisons .


    Arcs à tendre, été de soude, boutons de frêle fesse, sel, jarre d'Asie, mixe mate, le roc ... tout jouit d'un bic sur le post-him.



    Monter vers soi l'inexplicable, rendre la voix au moins disant, masser le pied, le vernir.

    Masser l'ému de sa cachette, lui ficher un oeil droit à votre hune.


    Montent




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :